Labo recherche et création

 

2014-2015

 

 

 

 

PROGRAMME DÉTAILLÉ

“Donner à voir un aspect de la réalité quʼon ne voit pas habituellement. Ouvrir une brèche. Penser au conflit. Vouloir en sortir. Chercher à être qui l’on est vraiment. A chaque fois quʼon apparaît cʼest pour la première fois. Moment unique, miraculeux. On imagine la forme, le chemin mais on ne peut pas figer ʻlʼacteʼ .Instantané, fugitif. Se provoquer soi-même. S’il n’y a pas d’enjeu profond ça nʼa aucun intérêt. Tout doit être nécessaire et s’accomplir au présent”.

Notes de stages

 

HOW TO LIVE IN THIS WORLD ?

 

 

3 au 10 septembre 2014 

LA VIE LIBÉRÉE

Origines, conflits, mouvement, perspective : Conduire l’action

(7 jours), Bruxelles

Travail scénique et performatif

Au cours de cette session nous aborderons la question du conflit dramatique, de l’origine de l’action et de la manière de la conduire, de la construction de la phrase performative et de la notion de centre et perspective dans le monologue. Nous travaillerons à trouver une parole vivante et à lier le texte et l’imagination créatrice dans la parole, l’image et le corps.

 

Supports textuels

Nous nous baserons notamment sur les matériaux textuels suivants : Life in Freedom (Travail sur le monologue et la notion de perspective) et The Urgency of change (Travail sur la notion  de conflit) de Jiddu Krishnamurti.

 

«Questioner : I lost faith in everything  - religions, philosophies and political utopias. There is war between individuals and between nations. I am faced with all this and I don’t know what to do. I don’t know how to live at all. I want to live a different kind of life. I don’t know what it means ; I don’t know why I’m seeking it and, as I said I’m utterly bewildered by it all[1]. »

 

« Ils s’imaginent que la vérité se cache  en quelque lieu écarté, loin de la vie, loin de la joie, loin de la douleur. Mais la vérité, c’est la vie.[2]. »  «  Quand on cherche à l’intérieur de soi on trouve un trésor caché. Sois celui que tu es réellement. Ce qui importe c’est l’action[3] »

 

Lieu : ART-T, STUDIO VAN AA, Bruxelles

 

-

 

27 octobre au 1 er novembre 2014

THE URGENCY OF CHANGE-THE SONG OF LIFE

Conflit-Perspective-Action

Acte poétique et langage de l’action dans la création performative

(6 jours), Bruxelles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Travail scénique et performatif

Au cours de cette session le travail portera autour des notions de conflit, de perspective et d'action dans le langage performatif.   Nous travaillerons sur parole et présence authentiques et vivantes par les moyens notamment de l’acte poétique et du monologue performatif.

 

Support textuel

The urgency of change, Le chant de la vie de Jiddu Krishnamurti et La pensée tarotique (l’acte poétique et la phrase performative) de Alexandro Jodorowski

 

« Questioner : Please sir, could you tell me how I am to live in this world ? I have to have a house and earn my own living. And my neighbours are of this world ; and my children play with theirs, and so one becomes a part of this ugly mess, whether wants to or not. I want to find out how to live in this world without escaping from it, without going into a monastery or around the world in a sailing boat.[4] »

 

"Artistry is to be completely awake and therefore to be skilful in action in the whole of life, and this is beauty [4] "

 

« J’ai pensé à créer un art nouveau, un do, qui serait apprendre à tomber. Quand on apprend à tomber, on apprend à se relever après.[5] »

 

Lieu : ART-T,  Dojo,  - Bruxelles

 

 

-

 

28 décembre 2014 au 4 janvier  2015

EXPERIMENTINTHELIGHT /  NUIT

 

Retour aux fondements (1).

Situation. Conflit. Événement. Monologue performatif et scène dramatique. Expérimentations scéniques et performatives autour du thème de la lumière dans la nuit

 

 (7 jours), Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thème

Le thème de la nuit est riche de mille facette, il peut évoquer le lieu de la crise, de l’expression des peurs, il est aussi le temps de l’apaisement, il est encore celui où les corps se rapprochent, où la folie et l’agitation du jour s’estompent et se transforment. La nuit est associée à l’amour, à la gestation, à la créativité et à la fécondité. Dans le nuit l’être se retrouve face à lui-même. Entre le doute et la foi, il entend son désir dans la conscience de ce qui l’appelle et de ce qui le retient. L'expression dans la nuit révèle la vie de l’âme par les moyens du rêve ou de la création. Dans la nuit apparaît l’étoile. Dans la nudité absolue est entrevu le chemin du projet de vie.

 

Travail scénique et performatif

Nous pousuivrons à partir de ce thème le travail sur la question des fondements du langage dramatique et performatif. Nous poursuivrons le travail autour du monologue performatif en parallèle d’une approche d'un travail performatif à deux ou à plusieurs dans le cadre de la scène (approche du conflit à deux, ou à plusieurs) abordée dans une perspective aux croisements entre langage dramatique et performatif. Le travail se fera individuellement et avec un ou plusieurs partenaires.

 

Matériau textuel

Nous nous baserons sur des textes dramatiques contemporains qui nous permettront d’étudier à la fois le monologue et les fondements de l’art de la scène, à travers les notions notamment de situation, de conflit, d’événement, de centre et de perspective.  Nous travaillerons notamment sur des extraits de pièces contemporaines que nous tenterons d'aborder dans une optique performative. Le thème de la lumière qui jaillit de la nuit entre conflit et perspective, fera le lien entre les divers matériaux abordés.

 

Lieu : Paris

 

-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Venir

 

ÉROS ET MIROIRS DE L’ÂME

Retour aux fondements (2). L’action dans le Dialogue. Le Dialogue et l’action

(6 jours)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Travail scénique et performatif

Nous poursuivrons le travail autour des fondements du texte dramatique. Nous aborderons dans cette session l’art du dialogue et nous verrons comment y déceler le mouvement et l'action. Nous continuerons le travail autour des notions  de perspective, et d’analyse de l’action. Le travail se fera avec un ou plusieurs partenaires.

 

Matériau textuel

Nous nous baserons sur les figures d’Alcibiade et de Socrate, dans le Premier Alcibiade de Platon (Sur la nature de l’homme) et dans Le Banquet (Sur la nature de l’Eros).

 

"Oui, tu dois voir en moi une inconcevable beauté, complètement différente de ta belle conformation à toi : Mais très cher, regardes-y de plus près, de peur de te méprendre.

(…)

Pour moi, j’avais assez entendu, assez dit ; j’avais décoché comme des flèches et je croyais l’avoir blessé. En tout cas je me lève, et sans lui permettre d‘ajouter le moindre mot, je le couvre du manteau que j’avais (car c’était l’hiver), je me couche sous la cape râpée de mon homme que voici, je jette les deux bras autour de cet être vraiment divin et miraculeux, et c’est ainsi que je suis resté étendu la nuit entière[8] »

 

 

 

 VERS LE SOLO PERFORMATIF

IMPROVISATION, ECRITURE ET COMPOSITION

 

10 au 23 août 2015

 

LE CHARIOT – L’ÉTOILE – LE MONDE : LE CHANT DU TAROT

Figure et Métamorphoses. Parole. Poème. Chant

(14 jours). Hostellerie de Pontempeyrat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Lorsqu’on mémorise les Arcanes du Tarot, ligne par ligne, couleur par couleur, ils s’inscrivent comme un tatouage dans l’inconscient où ils rejoignent ces images chargées de significations innombrables que Jung appelle les Archétypes et qui représentent les diverses facettes de notre mystérieuse infinité. Au bout d’un certain temps, devenus indépendants de notre moi individuel, ils se manifestent comme des êtres, nous font envisager la réalité à leur manière, nous imposent leur forme particulière de sentir. (…) Les arcanes pour parler, exigent un oubli complet de nous-mêmes (…) Disparaître tout à fait et laisser parler les figures (…) Le Tarot, semblable au Tao avec son yin et son yang, est un chant à la complémentarité des opposés : matérialisation de l’esprit, spiritualisation de la matière »

 

Au cours de ce travail, nous aborderons le poème dramatique et le travail sur le solo performatif en utilisant comme matériau de base les deux principaux livres consacrés au Tarot écrits par Alexandro Jodorowski. Le premier La voie du Tarot, nous familiarisera avec la symbolique des 22 Arcanes majeures que nous aborderons comme des Figures ou Archétypes. A partir de l’étude et de l’imagination convoquée en lien avec une ou plusieurs de ces figures, chacun sera invité à imaginer une composition dramaturgique sous forme de solo. Ce travail fortement basé sur l’imagination créatrice et l’élaboration d’une composition à partir d’une série d’improvisations, sera complété par une approche du poème dramatique, inspiré par l’ouvrage Le chant du Tarot. Chacun sera invité à être l’auteur de sa propre composition.

 

« Un symbole permet une infinie variété de significations, autant que les individus qui les perçoivent. Chaque Arcane ne présente pas une seule définition, déjà établie. Etant un miroir et non une vérité en soi, il devient ce que tu vois en lui. Le Tarot est un être. (…) C’ est un caméléon. (…) Dans de nombreuses initiations, on dit que l’homme ne peut que s’approcher de la vérité sans jamais la connaître par le langage, et qu’en revanche il est possible de connaître la Beauté, reflet du Vrai. C’est par le regard, en acceptant d’accorder foi à ce que nous voyons, que son sens se révèlera à nous[9]. »

 

« J’ai dormi chaque nuit avec une carte différente sous mon oreiller, ou passé toute la journée avec l’une d’elles dans ma poche. J’ai parlé en leur nom imaginant le rythme et le ton de leur voix ; j’ai visualisé chaque personnage nu, imaginé ses symboles couvrant le ciel, complété les dessins qui semblent disparaître dans le cadre : j’ai donné un corps entier à l’animal qui accompagne le Mat et aux acolytes du Pape, prolongé la table du Bateleur jusqu’à trouver dans l’invisible son quatrième pied, imaginé d’où pendait le voile de la Papesse, vu vers quel océan coulait le fleuve qui nourrissait la femme de l’Etoile et jusqu’où allait le bassin de la Lune. J’imaginai ce que le Mat avait dans sa poche et le Bateleur dans son sac, le linge de corps de la Papesse, le Phallus de l’Empereur, ce que le Pendu cachait dans ses mains, à qui appartenaient les têtes coupées de l’Arcane XIII, etc. J’ai imaginé les pensées, les émotions, la sexualité et les actions de chaque personnage. Je les ai fait prier, injurier, faire l’amour, déclamer des poèmes, guérir[10] »

 

Autres lectures conseillées : Il est recommandé de lire le chapitre « Les Archétypes » de C.G Jung dans l’ouvrage L’âme et la vie

 

Lieu : Dans la nature à l'hotellerie de Pontempeyrat

http://www.hostellerie-pontempeyrat.com/

 

Inscription : Via l'hostellerie de Pontempeyrat

 

 

-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

 

 

 

 

 

 

Perspectives et Fondements

 

 

  • Twitter Clean
  • w-facebook
  • w-googleplus